Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2008

Le sport, école de la vie?

Pour les cyclistes du Saguenay, la fin mars signifie généralement la sortie des vélos sur le Boulevard Talbot, que nous parcourons aller-retour, sans cesse, jour après jour, avec joie. Pas besoin de vous dire que cette année, ce sera différent, mais bon, ce n’est pas grave. Ce n’est pas mon genre de brailler quand il fait gris, je continue tout simplement ma préparation en mode « full hivernal », qui se constitue de course à pieds, cours de spinning, sorties de raquette qui n’en finissent plus, et surtout des séances d’EPI sur le rouleau qui me font baver presque à chaque fois.

Je sors justement de l’une de ces séances et devant mon incapacité mentale à faire quelques devoirs que ce soit, je me tourne plutôt vers l’écriture pour parler de ce que tout le monde parle, soit le dérapage sportif, éthique et médiatique découlant de l’incident qui a eu lieu durant le deuxième match de la série Rempart-Saguenéens samedi soir dernier.

Tout le monde connaît les faits, je ne m’y attarderai pas.

Tou…

Y'en aura pas de facile!

Après être parti de Mountain rest à 10h05 vendredi matin, nous sommes arrivés samedi matin à 9h55. Sur ce, disons que le voyage aura pris 24 heures !
Bien que cette façon de voyager soit rentable financièrement et au niveau du temps, il était évident que j’aurais à récupérer. En effet, cinq jours après mon arrivée, je suis encore « sur le soluté » et tout ce dont à quoi je rêve, c’est de dormir. De plus, le retour à l’école est pénible. J’ai raté une semaine et maintenant je lui cours après ! Tant pis, ça aura valu le coup.
Le programme d’entraînement sera assez perturbé au cours des deux prochaines semaines, en raison du repos suivant le camp. La reprise de la grosse besogne sera aussitôt coupée par la tournée des médias, une activité à laquelle je vais participer avec mes collègues de classe. J’ai très hâte. Comme il n’y a pas que le vélo dans ma vie (ct’encore drôle), ça fait longtemps que je rêve de visiter les grandes boîtes de communication Montréalaise. Pendant deux jours, des v…

Journal d'un camp d'entraînement

Voici le résumé de la première semaine de mon camp en Caroline du Sud. J'avais tenté de publier le tout sur le blogue, mais un problème avec la marge de l'interface du blogue m'avait contraint à écrire chaque soir...Sans publier. Après quelques engueulades avec le site internet et un cours 101 de langague html, j'ai règlé le problème. Voici donc ce qui s'est passé dans ma vie ces derniers temps:
3 mars 2007, 4h, 20 degrés

Après une longue nuit de sommeil pour tout le monde, nous sommes partis en groupe, tous les quinze, à 10 heures du matin. 
À la 45e minute, ceux qui roulaient deux fois dans la journée ont pris la direction du retour. Je faisais parti de ce groupe, puisque je devais aller acheter les repas à l’épicerie et surtout, donner des nouvelles de mon voyage au café internet. Nous avons donc roulé une heure 40 minutes, monté deux petits cols. Ce fut plutôt relax.
- Il n'y a rien à faire ici, hormis le vélo. C’est pourquoi nous roulons un peu plus longtemps…

Les derniers jours

Devant l’incapacité de mon blogue à publier mes résumés correctement, je me suis découragé et j’ai cessé d’écrire quotidiennement. J’aime bien écrire, mais écrire dans le vide, c’est assez décourageant. Maintenant que je suis sur le chemin du retour et que le voyage est plutôt long, je vous ponds un petit résumé de la fin de mon second périple sudiste de l’année. Évidemment, au moment où vous lirez ces lignes, mon blogue fonctionnera correctement.
Pour la journée de mardi, j’ai fait un peu d’intensité. Quatre fois dix minutes à 85% pour maintenir les acquis du mois de février. Le tout s’est fait sur une sortie de 3h30 à un bon rythme dans les montagnes avoisinantes. Ce fut donc une grosse journée au bureau. Étonnamment, je ne sentais pas beaucoup de fatigue de mes deux courses du week-end. En soirée, c’était le moment de faire la fête, alors que c’était l’anniversaire de Ryan (né le 11) et de Frédéric (né le 12). Nous avons donc profité des prix américains sur la bière, si bien que j’a…

Partis pour la gloire

Si le voyage jusqu’en Caroline du Sud a pris 5 heures de moins que celui pour se rendre en Floride en Décembre, il a cependant été le théâtre de 5 fois plus d’imprévus que mon périple floridien ! Voilà deux jours que je suis parti de chez moi ; deux jours pas comme les autres. Récit d’un voyage où il les imprévus ont tout contrôlé.

Bien sûr, tout voyage ne se déroule jamais sans pépins, surtout quand on parcourt la quasi-totalité de la côte-Est américaine en 24 heures. Cette fois, cependant, il faut l’avouer, notre cheminement fut plutôt épique, bien que nous nous sommes organisés pour que ce soit le cas.

Après une semaine de fou à l’école, j’ai finalement quitté Chicoutimi vendredi en soirée avec mes compagnons de voyage Stéphane Cossette et Raphaëlle Chrétien. Nous avons mis le cap sur Québec, d’où nous devions partir le lendemain pour le grand voyage. Nous avons été accueilli par l’organisateur du camp, Jean-Michel Lachance, chez lui.

Après une courte nuit de sommeil, nous sommes part…