Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2008

Les paroles au-delà des gestes

Je me suis couché dimanche soir avec un solide mal de tête. Ça ne faisait aucun doute, j’avais vraiment vidé le réservoir durant ce Grand-Prix de Sainte-Martine. J’avais assez d’endurance, ce qui explique d’ailleurs mon bon résultat à l’arrivée. Je n’ai cependant pas fait beaucoup d’intensité de courte durée cette année, me disant que j’en ferais suffisamment dans les courses. Petite erreur donc. C’est maintenant l’heure de corriger la situation. Quoi de mieux donc, de me retrouver au camp de détection de talent de l’équipe du Québec pour les jeux du Canada de 2009, où nous allions justement travailler la vitesse.

Moi, Stéphane et Antoine, mon cher copain qui cours chez les juniors, sommes arrivés après la course dimanche. Il y avait beaucoup de jeunes sur place, car ceux de mon âge étaient généralement absents en raison de la fin de session au Cégep. Un gros merci à tous mes profs ! J’étais donc l’un des plus vieux sur place. Ce qui est totalement aux antipodes de ce qui se passe dans…

Bienvenue chez les seniors...

J’ai passé environ 50 heures à l’école cette semaine, ce qui a fait en sorte que j’ai fait 3 heures d’entraînement, en plus de détruire toute ma motivation intellectuelle à travailler. Mon cerveau n’est toujours pas remis de cette folie, c’est pourquoi le résumé sera court. Malgré ma petite semaine de training, je suis allé au Grand-Prix de Sainte-Martine dimanche avec l’objectif permanent de rester le plus longtemps possible dans le peloton pour apprendre le plus possible et pouvoir finalement faire un entraînement durant ma semaine. Malgré tout, je crois que cesjours quasiment sans vélo allaient faire plus de bien que de mal, après l’éprouvante fin de semaine Battenkill-Calabogie et le stress de la fin de session.

Le voyage fut tout à fait normal cette fois-ci. Désolé donc, pas d’anecdotes croustillants cette fois. Comme dirait Serge Chrétien, le père de Raphaëlle, il faut toujours que Charles soit là pour que des situations étranges se présentent à nous !

Le départ fut donc donné en …

Mon voyage en Ontario

Après notre exécrable prestation au Tour de Battenkill, moi, Charles, Simon, Stéphane et Sandy étions bien déterminés à nous reprendre ce dimanche à la seconde manche de la Coupe Ontario, la Ultralink calabogie road race.

La route de Battenkill à Ottawa, où nous logions chez Sandy, futplutôt longue, puisque nous devions aller porter Dominique à Montréal, aller porter la voiture de location et chercher celle de Sandy, à Morin Heights. Nous avons finalement fermé l’œil à deux heures du matin.

Au réveil, la conversation de non polyglottes du jour a aussitôt eu lieu :

Mère de Sandy : « Do you want some coffee ? »

Simon : « Très bien, et vous ? »

Nous avons finalement pris le café au Starbuck après un copieux déjeuner du « trucker » dans un excellent restaurant sur la « main ». Nous avons ensuite pris la route de Calabogie. Le départ fut donné avec une demi-heure de retard et sous une chaleur de 25 degrés. J’avais déjà les bras rouges au départ.

La course avait lieu sur un circuit de course auto…

Nostalgie du vélo de montagne

Lorsque j’ai commencé ma carrière cycliste, il y a 6 ans, j’ai passé au moins 3 ans dans les bas-fonds du classement final des courses provinciales. Ce n’était pas compliqué : il y avait le départ, je tombais « dans le rouge » et j’étais lâché peu après. Malheureusement, c’est un peu ce qui s’est passé aujourd’hui à Battenkill.

Nous sommes partis du Saguenay pour rejoindre notre équipe à Montréal. Le voyage s’est bien déroulé en général. Parmi les faits étranges de ce voyage, nous avons notamment eu la chance de voir des autobus de ville dans le parc des Laurentides (certainement de nouvelles acquisitions pour la STS), en plus de retrouver, à Drummondville, Un Charles Thibault moustachu de blond qui était en retard d’une heure sur son rendez-vous avec nous.

La phrase paternaliste du jour : Charles : « Avez-vous tous vos passeports là ? Alex m’a BIEN dit de vous le redemander ? »

Simon, Stéphane, Jean-Sébastien, David : « Ben oui on les as »

Charles : « Moi je l’ai mis dans mon manteau. Me…

Amenez-en, des courses!

Cette fin de semaine marque le début de la saison de compétition. Je part donc ce matin en direction de l’État de New-York pour y disputer le Tour de Battenkill, aussi appelé Battenkill-Roubaix. En fait, le nom a été changé cette année, parce qu’en fait la course ne relie pas Battenkill à Roubaix (qui est en France !), mais fait bel et bien le tour de la région du Battenkill. L’allusion à Roubaix est évidemment en raison du célèbre Paris-Roubaix qui a lieu chaque année à cette période sur un parcours avec des secteurs pavés rendant la course mythique à chaque fois. Le départ de la course aura lieu à Salem. Non, non, pas le Salem plein de sorcières, plutôt celui avec quatre rues et 12 habitants, du moins c’est ce que la carte semble indiquer.

Pour l’occasion, les organisateurs du Battenkill nous ont concocté un savant mélange d’un parcours avec quelques bonnes montées, mais aussi des secteurs en gravier, question de faire référence à « l’enfer du Nord ». Bien que le Tour de Battenkill n…

Accumulation de kilomètres...Et de devoirs

Il n’était pas question de revenir sur ce blogue pour continuer à parler de l’entraînement intérieur ! Si je suis de retour, c’est parce que maintenant je roule dehors et que j’ai quelques nouvelles, assez pour en faire un « post ».

J’ai commencé à rouler à l’extérieur la fin de semaine dernière. J’ai donc eu l’occasion de renouer avec des potes que je n’avais pas vu de toute l’hiver. Haaa, Dieu que ça fait changement de mon très sympathique mur de garage. Depuis samedi dernier, j’ai accumuléquelque 300-350 kilomètres en partant de chez moi, ce qui est extraordinaire après les 3300 autres roulés loin de la maison cet hiver. Par contre, il fait froid, ce qui explique sans doute mon chemin de croix de mon vélo jusqu’à mon lit, cet après-midi, au retour d’une longue sortie de 4 heures et demie

- Le début de la saison de courses (dans 9 jours !) coïncide, depuis deux ans, avec le dernier droit de la session au Cégep. C’est pourquoi je passe mes journées soit sur le vélo, soit sur l’ordinate…

En attendant la belle saison

Il ne reste plus que 17 jours avant Battenkill-Roubaix et il est toujours impossible de rouler dehors au Saguenay ! La préparation n’est certainement pas idéale, mais je demeure motivé, sachant que ce n’est qu’une question de jours avant que les routes de la région soient fréquentables régulièrement.

Il y a malgré tout du positif durant cette période de transition plus difficile que prévue.

Premièrement, je me sens reposé et j’ai retrouvé ma motivation scolaire, ce qui n’était pas le cas lors de mon retour de Caroline du Sud, alors que je n’étais plus vraiment intéressé par l’école. À vrai dire, j’aurais bien aimé rester là-bas, à faire le métier comme un pro, sans contraintes de temps, mais de nos jours, travailler sans diplôme est de plus en plus rare ! J’ai su me motiver durant la tournée des médias à Montréal la semaine dernière. Bien que peu surpris par les infrastructures des différents médias (et oui, je me suis rendu compte que j’étais gâté en ATM à Jonquière), j’ai tout de même…