Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2008

Une semaine noire et blanche!

La semaine après le Grand-Prix de Saint-Raymond de Portneuf devait en être une de surcompensation. Elle le fut, un peu trop semble-t-il.

Beaucoup d’heures en selle durant la semaine constituaient le premier volet de cette surcharge. Ce fut bien fait, à l’exception de ma sortie de jeudi qui fut rallongée de 2 heures (de 3 à 5, en fait) en raison de mon incompétence à retrouver mon chemin dans cette Estrie incongrue.

Vendredi étant arrivé, il était temps de partir pour ma première course de vélo de montagne de l’année, la Coupe Canada senior élite au Mont-Tremblant. Cela allait être « tough », sans doute, mais payant pour préparer ce Grand-Prix de Charlevoix prévu pour le week-end suivant. Bien que le voyage avec mon frère Maxime fut constitué de mille et un problèmes, mécaniques (voitures et vélo) et logistiques, ce fut un agréable périple. La course ainsi que le dodo à l’auberge de jeunesse furent de belles expériences. Tout cela faisait changement des fins de semaine en équipe sur rout…

Retour progressif

La situation s’est beaucoup améliorée depuis ma dernière visite sur le blogue. Mon état a finalement empiré vendredi soir à mon grand désarroi. J’ai encore passé une nuit d’enfer après quoi je suis retourné à l’hôpital où l’on m’a prescrit encore plus de médicaments qui ont fait effet dans les jours suivants. 6 heures d’attente pour me faire dire de me reposer encore, donc. Mais tant qu’à attendre 6 heures sur mon divan, aussi bien le faire sur celui de l’hôpital !

Je me sentais mieux le lendemain, j’ai repris le vélo pour la première fois en neuf jours. Ce fut bien, mais sans plus. Ensuite, un petit passage à la course régionale au parc industriel de Chicoutimi m’a permis de prendre quelques photos et de voir des gens. Ce fut une belle journée qui s’est terminée à la cage aux sports avec quelques petits maux de ventre encore…

Je me suis ensuite remis sur pied progressivement tout au long de la semaine et j’ai pu faire 2 bons entraînements mais aussi plusieurs sorties relaxes pour ajust…

Nouvelles du survivant

Je l’aurai payé cher, cette petite sortie relaxe samedi dernier. Elle m’a affaiblie, et plus que je ne le croyais. Après un dimanche péniblement passé sur le divan et dans mon lit, dans le pire inconfort imaginable, je suis retourné à l’école lundi. Ce fut une bonne journée, bien que ça feelait pas fort.

En fin de journée, comme à tous les jours, la douleur a repris. Je me suis couché tôt.

Le lendemain, 3 examens, je me sentais bien. J’ai fini vers midi, j’ai retourné chez moi. Comme d’habitude, les douleurs intestinales sont revenues sur l’heure du souper. Ça faisait plus mal que la veille. J’en avait assez, direction hôpital. J’étais prêt à attendre 24 heures s’il le fallait, juste pour savoir ce que j’avais dans le ventre. À ma grande surprise, on m’installe dans une semi-chambre avec une civière. C’est extra ! Vers quatre heures du matin, 2 lavements, des prises de sang et une radiographie plus tard, le docteur me dit que je peux rentrer chez moi, que ça ira mieux demain. Malgré 3 h…

Collé à la route et au lit

Pas de course en fin de semaine. Au soir de mon retour du camp à Bromont, j’ai commencé à avoir des troubles intestinaux qui ont augmenté exponentiellement jusqu’à 5 heures de torpeur dans mon lit, jeudi soir. Ça allait mieux le lendemain, n’empêche que ça m’a tout pris pour compléter mes deux journées très chargées à l’école. J’ai patiemment passé au travers, mais j’ai fait l’impasse sur le voyage au critérium de Brossard qui a lieu aujourd’hui (dimanche).

En effet, je crois que ces problèmes intestinaux ne sont pas dûs à un virus très méchant, mais plutôt à un petit rien qui se manifeste lorsque le système devient VRAIMENT faible. La preuve : je me suis reposé depuis mercredi et samedi matin, je me sentais déjà beaucoup mieux. Il faisait beau soleil hier et j’ai roulé trois heures trente relaxes à la place de rester dans ma cave. Il n’en fallut pas plus pour ranimer les maux de ventres et la fatigue extrême. Mon système immunitaire est bel et bien affaibli donc.

Je ne m’y ferai pas pr…