Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2009

Pire moment pour flatter

Jamais je n'avais fait un flat en 8 ans de courses, dont 5 années en vélo de montagne!
C'est arrivé hier après 55 kilomètres de parcourus lors des Championnats canadiens. J'aurais bien pu écrire ça hier soir, mais le tout aurait été beaucoup trop négatif, démoralisant, etc.
De toute façon, je suis arrivé tard à la maison, fallait attendre Jean-Michel au test anti-dopage haha. Au retour, J-Mike m'a promis que le Tour de Québec serait vraiment hot cette année. Selon lui, la première étape sera hot, tout comme la 2e et la 3e. La quatrième sera vraiment hot en difficile et le dernier jour de course promet d'être terrible, ce qui sera hot! Excellent je pense donc qu'en général, ça va être hot!
Sinon, je n'ai pas grand chose à écrire de ce temps-ci. La dernière semaine, durant laquelle je n'ai pas écrit, fut composée de 3 jours de repos avant la course d'hier.
J'étais fatigué mais surtout épuisé par ce grave coup de soleil sur le ventre que j'ai pr…

Décourageant

Je rentre chez moi hier soir, ma tante me demande: est-ce que c'était une belle fin de semaine? Eh, ben, jsais pas là.
Faut dire qu'en dehors du vélo, on a eu bien du fun tout le week-end. Voyage Montréal-Pont-Rouge en compagnie des Frédérics Ouellet-Lacroix et Boivin en plus de Pierre-Étienne Boivin. Les deux d'EVA couchaient avec leur équipe à Ancienne-Laurette. 
Moi et l'autre  Fred, qui court pour Le Gaspésien, n'avions pas de chambre. On a réservé là. Y'a fallu téléphoner en Inde (vive les 1-800) pour se trouver une chambre. L'Indien comprenait rien, étant incapable de trouver "Anchienne Lowette" dans ses affaires. On a finalement attendu d'être sur place. Pauvre Indien, il était vraiment pas prêt.
Le week-end fut cool et relax. Souper au Boston Pizza + Cinéma (lendemain de veille) vendredi soir. On voulait voir un Imax samedi après-midi, mais les gars aiment pas les films avec une caméra qui se promène dans l'océan. Tant pis. Et les man…

Courir élite au Québec, c'est quoi?

Je me posais la question il y a quelques années, quand je rêvais de rouler pour Volkswagen-Trek ou Sleeman.
C'était à l'époque où je croyais que les neufs coureurs d'une même équipe au Tour de France se prêtaient le même vélo de Chrono parce c'était trop dispendieux. À l'époque où je me sentais mal quand je voyais un coureur chuter dans un sprint du Tour, me disant qu'il va devoir acheter un autre cuissard et pis ça coûte cher! Dans le temps que je croyais que les organisateurs lavaient le maillot jaune à chaque soir...
Je suis convaincu que bien des lecteurs qui ne sont pas dans ce monde tous les jours se demandent un peu comment ça fonctionne, le support, le matériel, les courses, la vie à travers tout ça? Maintenant que j'ai les réponses, partageons-les! 
À noter, avant de commencer, que les conditions diffèrent d'une équipe à l'autre. Sachez aussi qu'il y a des coureurs qui courent tout simplement pour des clubs. Je parlerai ici des Groupes spo…

2 jours particuliers

Tout le monde m'en parlait hier: "eille, c'est quoi l'histoire que tu t'es perdu en venant à Lachine??"
Ouais, bon je raconte.

Étant tout excité devant la soirée spéciale qui s'en venait pour mon équipe et surtout mon sponsor, je voulu arriver tôt pour bien en profiter. 
On nous avait dit de laver nos bikes top notch, ce que j'ai fait avant de quitter. Il n'est pas arrivé propre finalement....
Je voulais y aller en vélo, ce que je n'avais jamais fait. Mais avec qui? Ah jvais y aller seul, spa compliqué. Google map, je trouve un chemin: la bande de terre artificielle qui décolle du circuit Gilles-Villeneuve (revenu accessible aux bikers, yesss) et qui se rend jusqu'au Pont Mercier, tout près de Lachine. 
En plus, y'a un beau pont pour les vélos à côté du Pont Mercier. C'est ce que je vois sur Google map, du moins. 
Je pars avec le Ipod sur les oreilles, la vie est belle, fait beau. Oups, j'ai oublié mon "kit de flat". C'…

Une virée payante à Saranac Lake

On a pas traversé les frontières en se faisant fouiller la valise pour rien.
 Une fois au pays de l'oncle Sam, moi, Stéphane, Michaël Joanisse et un autre dude sommes partis en échappés en début de course et on a jamais revu le peloton. En fait oui, on l'a revu à cinq tours de la fin, lorsqu'on lui a pris un tour. 
Finalement, c'est Joanisse, clairement le plus fort du groupe, qui l'emporte en solo après nous avoir semé à deux tours de l'arrivée. 
Stéphane termine second et moi, troisième. J'ai nické l'autre gars au sprint en lâchant un cris de mort en pleine souffrance. Il a eu peur, je passe 3e. Sorry man.
C'était vraiment pas facile, cette course complète en échappée. Je peux quand même être content d'avoir été dans le bon coup, sinon ça aurait été plate, comme à chaque fois que j'essayais l'an passé. On a pris le large après trois tours sur 50. J'ai ensuite souffert le martyr durant les 10 premiers tours de notre aventure. Je sautais…

Perdu dans la grande ville

Qu'est-ce que je fais depuis 2 jours? Je roule et jme perd, voilà.
Ma conquête du Mont-Royal n'a pas été chose facile mercredi. J'avais toujours l'impression de tourner en rond à force de chercher la fameuse voie Camilien-Houde. 
Une fois trouvée, je me suis tapé le Mont six fois, dont 2 par le Chemin Remembrance et une complétement à bloc par le cimetière. Y'avait au moins un coeur qui battait dans la place!
En m'y rendant, j'ai pu voir plusieurs choses que je n'avais encore jamais vu en vrai. Le circuit Gilles-Villeneuve, Habitat 67, mon coéquipier français Hugo qui roule en courts à 20 degrés!
Toutes des choses qu'on ne voit pas au Saguenay. Putain, tu viens d'un trou, direz-vous. Yes I do.
J'étais de retour sur le circuit hier matin pour un entraînement à 7h30 le matin avec le capitaine, J-P et Thierry. J'étais pas prêt. Les gars vont s'entraîner là avant le travail. Moi j'y vais avant... d'aller me recoucher.
Le sujet du jour …

Un sale mardi!

Avant hier soir, j'avais disputé 11 mardis cyclistes de Lachine en carrière, dont 10 l'an dernier. Dans ma tête, cette course était associée au beau temps, à la chaleur, aux grandes foules, au gros peloton.
Hier, c'était tout l'inverse, mais beau temps, mauvais temps, faut aller à la guerre. On s'en est bien sorti finalement. Certainement le meilleur critérium de l'année pour notre équipe. J-F a livré la marchandise en ce début de saison. Ça commence beaucoup mieux que l'an dernier pour lui!
Mon rôle était, bien sûr, de faire la course: échappées, chasses etc. Mais aussi de me pointer à l'avant à 3 tours de la fin environ pour faire "mon boute dans le vent" avant de rentrer au garage...
Je dirais qu'on a bien réussi et le capitaine a été bien amené jusqu'à la ligne. Excellent donc. 
Toujours embêtant de savoir si mon travail était correct. Lorsque j'étais à l'avant en fin de course, j'entendais toujours mes coéquipiers crier. J…

Un Colombien dompte les pentes chicoutimiennes

Ça n'avait pas l'air facile aujourd'hui, mais ce ne fut pas la course décousue à laquelle on aurait pu s'attendre en fin de tour.
La France a contrôlé l'écart avec l'échappée gagnante pour garder le maillot jaune, laissant tout juste la victoire au Colombien Jarlison Pantano.
Celui-ci s'est détaché vers la mi-course en compagnie d'un compatriote, d'un Russe et de l'ex-maillot jaune Loïc Desriac. Le Français n'a pas tenu longtemps, les trois autres ont pris jusqu'à 2 minutes d'avance en quelques dizaines de minutes!
Pantano s'est détaché alors que le peloton était sur ses talons. Belle victoire pour ce petit bonhomme qui est agressif depuis deux ans ici au Saguenay.
Un beau spectacle dans une belle journée au soleil. Ça n'a pas dû être facile sur le vélo, avec ce vent violent qui soufflait dans la montée et sur le plat une fois au sommet :S.
Tous ces facteurs ont eu raison de bien des coureurs canadiens à force de remonter toute…

À l'attaque au Défi Devinci

Je me sentais pas bien samedi après-midi. Je déteste la côte Desmeules, que nous avions à gravir 12 fois. Je sens toujours une mollesse dans mes jambes lorsque je l'approche. C'est sûrement le manque de confiance.
Étant donné que c'était une course avec des juniors, je m'attendais à ce que ça donne des coups et ça ne me tentait justement pas de jouer à ça. 
Je suis donc parti après 3 kilomètres avec François Chabot sur ce magnifique circuit. Wow, encore un beau début de course devant à éviter les nombreuses chutes survenues au cours des premiers tours. L'écart a monté jusqu'à 45 secondes.
On s'est fait reprendre après 2 tours et demi, c'est là que j'ai vu que la course se déroulait comme je pensais. De la merde, coup après coup après coup. 
Chabot est reparti, je l'ai suivi. On a pris 45 secondes. On a tenu deux tours et demi. J'ai jamais vu ça en 8 ans de vélo, c'était comme un mauvais rêve avec mal de jambes inclus. 
J'ai resté un tour …

Kump maître du vent

Tout le monde s'attendait à une étape tranquille, comme l'an dernier. Une sorte de transition entre les difficiles journées de jeudi et samedi. 

Il n'en fut rien. Les meilleurs se sont mis la gueule dans le vent. Des groupes se sont formés et déformés toute la journée. C'est finalement 6 hommes qui sont rentrés détachés à Jonquière. Le groupe est règlé au sprint par le Slovène Marko Kump, nouveau maillot jaune.
J'ai passé la journée sur le vélo. Connaissant bien le Saguenay et ses conditions cyclistes (Oh oui!), je dirais que c'était un vent moyen. 
La course s'est jouée à la pédale quand même. Il faut dire que les longs rangs en ligne droite sont un parfait accessoire pour créer des bordures. L'état des routes n'a pas dû aider non plus.
Le parcours était très facile. Les costauds du peloton ont sû tirer profit du seul facteur pouvant différencier les hommes des enfants, le facteur éolien.

L'Ontarien Keir Plaice a passé une bonne partie de la journée…

Ça pue la France!

Si les Français ont une odeur, le reste du groupe de tête a dû la sentir lors de l'arrivée de la première étape aujourd'hui. 
Loïc Desriac a passé la journée devant et le peloton est venu mourir dans sa roue. De ce que j'ai pu voir, deux de ses coéquipiers terminent dans le top 5 et Guillaume Boivin termine tout juste derrière eux, en 5e place!
Une échappée de 13 hommes a été devant toute la journée. Un seul canadien y était, le Québécois Michaël Joanisse, qui semblait très à l'aise, GREAT. Selon les oui-dires en bordure du parcours, l'écart aurait monté jusqu'à 2 minutes 30. L'avance des 13 s'est désintégrée dans le dernier tour et tout le monde s'est regroupé, sauf Desriac, qui a resisté en fin de parcours.
Le résumé que je vous offre aujourd'hui est bidon, je ne suis sûr de rien, je suis bénévole moi là! Selon ce que les gars m'ont dit, David Boily et Hugo Houle auraient fait du gros travail pour bien placer Guillaume en fin de course. On se…

En attendant la Coupe...

C'était mardi qu'avait lieu l'entraînement de la semaine pour Antoine et Stéphane. Après avoir consulté mon entraîneur(...), j'ai décidé d'aller avec eux.
Au programme, six fois 400 mètres debout, complètement à bloc dans une côte avec beaucoup de repos entre chaque série. On a choisi la côte Desmeules, où passera la Coupe des Nations à 12 reprises samedi matin. Nous passerons également 12 fois en après-midi dans le cadre du Défi Devinci.
Bien sûr, ces deux clowns sont plus forts que moi, mais comme je suis un champion de l'entraînement, je suivais presque. J'avais flatté en chemin vers la côte. J'ai reflaté après 4 ascensions sur 6. Comme Stéphane et Antoine ne traînent pas de kit de réparation parce que c'est drôle, selon eux, de faire du pouce, et bien j'ai attendu 40 minutes pour qu'ils reviennent avec de l'aide. 
Pour le reste, on ne fait rien de nos journées, c'est plate. On a bien tenté d'aller à la conférence des coureurs fra…

En échappée dans Charlevoix

Salut gang! Ça fait un bail. Tout un week-end fructueux et sans internet dans Charlevoix.
Le contre-la-montre fut aussi mauvais qu'à l'habitude, même si j'ai roulé à bloc et que j'ai fait un gros réchauffement. Je vais pas vite, que voulez-vous? 47e à 2 minutes 30 du premier hahaha.
Un après-midi passe à ne rien faire, à part dormir et me réveiller en réalisant que j'ai pas enlevé mes verres de contact avant de me coucher. Ça chauffe les yeux. 
Retour sur le vélo vers les 20 heures pour le petit critérium dans les rues de Baie-Saint-Paul. Essentiellement, je dirais que je voulais vraiment mourir dans les 15 premiers tours sur 25. Après ça c'était moins pire, j'avais réussi à remonter à l'avant du peloton. 
On avait pas vraiment de sprinteurs pour ce critérium, J-F Laroche et P-O Boily étant restés à la maison. À trois tours de la fin, j'étais au devant et Dan Belleville m'a suggéré de tenter ma chance dans le final. J'attendais donc le sprint en…