Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre, 2013

La saison n'est pas finie!

Maintenant que je suis sorti de la ville du vice et que j'ai réglé mes problèmes de jeu, tout revient à la normale tranquillement.
J'aurais même voulu poursuivre ma saison de triathlon encore un peu, mais avec cette épaule blessée et mes débuts dans mon nouvel emploi, aussi bien remettre ça à plus tard.
Au fait, je serai à Moncton pour le prochain mois, où je recevrai une formation de cameraman(!). 
Ensuite, je m'installerai pour de bon à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard. J'y serai vidéojournaliste  (aussi appelé journaliste-cameraman) pour le téléjournal Acadie.

Vous découvrirez donc de nouvelles compétitions et de nouveaux sites d'entraînement sur cette page au cours des prochaines années!

Et ça commence bientôt, car je n'ai pas beaucoup couru cette saison: 
- Travail de fin de semaine à tous les jours de compétition en Estrie - Blessure au pied - Récupération des gros triathlons 
Je suis donc allé faire un tour sur internet, voir les compétitions au pro…

Ironman 70.3 World Championship

Avec les années, on vit de très bonnes et de très mauvaises journées de sport, autant à l'entraînement qu'en compétition.

Et les années filent.

On manifeste une joie certaine ou une certaine déception sur le coup, mais il faut passer par dessus et tout remettre en perspective.

Dimanche matin, je me suis présenté au départ de mon premier championnat du monde à vie.

Hyper motivé, prêt à tout démolir.

Je m'étais dit que j'avais attendu toutes ces années, que je surprendrais bien des gens ce matin-là. Qu'ils n'en reviendraient pas comment j'allais me surpasser et, sans mâcher mes mots, réussir un esti de temps. C'était clair comme ça dans ma tête.

En plus, il mouillait à boire debout. Même pas de chaleur pour cette course dans le désert! Un bonus pour moi, gars du grand Nord.

J'ai vécu de bonnes émotions avant d'entrer dans l'eau, j'étais super content d'être là, avec la plupart des meilleurs de mon âge sur cette planète.

Mais je restai…

Vacances vs Mondial

Aller disputer un championnat du monde dans la ville du vice...

C'était finalement une drôle d'idée!

Mais je m'en sors plutôt bien.

Ce vendredi soir, c'était le début des activités d'avant-course.

Il y avait des acrobates sur la scène au début du banquet des athlètes.

Leurs danses n'accotaient pas les prouesses du spectacle «O», que j'ai vu jeudi soir. Leurs voltiges n'étaient rien comparées à un vol en hélicoptère au dessus du grand canyon.

Mais bon. Je dois redescendre sur terre et penser à dimanche.

Ça s'enligne pour être l'activité la plus plate de la semaine finalement!!

Bin non bin non.

C'est le IRONMAN 70.3 World Championship!!!

Une course qui existe depuis 2006 et qui rassemble les meilleurs athlètes sur demi-Ironman au monde.

Une distance que la marque Ironman a décidé d'exploiter il y a quelques années en créant une série de course parce que le demi-Ironman attire une clientèle plus large que les hommes de fers, aussi appelés f…

Une ville de fous

Après un autre après-midi passé dans le désert à s'entraîner, filmer, visiter et nager (ou se baigner) dans un décors surréaliste composé d'un lac translucide dans un désert montagneux, nous sommes partis pour le Las Vegas Boulevard en soirée.

Assez incroyable. Comment un tel endroit peut-il réellement exister?

Tellement de lumières, de gens et de constructions aux formes incongrues.

Et il est long ce boulevard en voiture, bien plus qu'on ne peut l'imaginer.

Ça n'en finit plus de ne plus finir.

Et quand on est rendu au bout, c'est le vieux Vegas.

Au boute de toute, où tout a commencé il y a plusieurs années et où tout va se terminer pour plusieurs.

À voir les gens aller au travers de ces casinos, les plus vieux de la ville, on comprend qu'ils ne sont pas à Vegas depuis 2 jours...

C'est triste et drôle en même temps.

Après un bon souper au travers des machines à jouer, nous avons pris une heure pour visiter cette rue aux milles lumières sur laquelle des…

Perdu dans le désert

Après une semaine de fou, on a enfin pu partir se «reposer» à Vegas...

Les heures qui ont suivi le défi des collines ont été pleines de repos. J'ai fait mes bagages et dormi, dormi, dormi.

Une chance!

Parce que la journée de lundi a été longue.

Après 23 heures passées debout pour se rendre à Montréal, enregistrer du matériel de tournage comme bagages, passer 800 points de contrôle, attendre, décoller dans un orage électrique, attendre, endurer un gars qui pète aux dix minutes durant un vol de 3 heures, perdre les bagages du gars qui prend l'avion pour la première fois, attendre après les préposés de location de véhicule et les gens de l'hôtel qui travaillent au ralenti en pleine nuit, après tout ça, on s'est finalement couché.

5 heures plus tard, plus capables de dormir, on déjeune toute la famille et l'équipe de tournage dans l'aire de restauration de l'hôtel, qui est aussi un casino. Il est 8 heures du matin et ça joue déjà (ou encore??) aux machines...

Le défi des collines

J'ai reçu beaucoup d'infos sur le parcours de Vegas.
Bien sûr, on m'a dit qu'il ferait chaud (non?...), que ce serait désertique (vraiment?) et que l'après-course serait vicieux (Impossible...).
Dans la rubrique des infos très utiles maintenant, j'ai compris que ce serait un parcours de vélo où les changements de rythme seront nombreux et où les buttes se succéderont. Parfait, ça.
Comme dans chaque épreuve caniculaire, la course à pied représente un défi bien plus grand que de mettre un pied devant l'autre durant 21,1 km.
Hydratation, apport en électrolytes et intelligence devront être au rendez-vous. Un gros travail qui doit se faire avant la course aussi.
Finalement, ce demi-marathon en banlieue du strip n'a pas un mètre de plat.
Ce qui nous amène dans le vif du sujet: le défi des collines de ce matin.
Depuis que j'ai repris la course à pied, il y a environ une semaine, je travaille sur des pentes peu inclinées (2-4%) en montée et aussi en descen…